20 décembre 2010

Regrets

L'homme est mort...tant l'effort qu'il accomplit pour vivre lui a fait oublier d'exister. Il fut un temps où il était autre chose qu'une machine, un animal évolué. Il fut un temps où, quand les anges volaient encore, ils voyaient, tout en bas, des millions de spirituelles et tremblantes lueurs, fragiles et pâles, fortes et claires, bleues et rouges, avec, parfois, ça et là, des ombres noires sombrant dans l'encre de l'éternité. Y aurait-il toujours des anges, qu'ils ne verraient plus que des lumières vives, éclipsant dans des halos immenses les éclats faiblissants des âmes confondues.

Bien avant que le siècle des Lumières ne dictat les lignes universelles de la conscience des hommes, ceux ci avaient prescience d'un acquit naturel et inné. Mais, de même qu'on ne peut voir son propre visage, l'âme, en soi, ne peut se distinguer. Alors les Hommes inventèrent l'être Suprême pour servir de miroir; et, croyant servir Dieu, ils ne faisaient que nourrir leur propre conscience. Là ou Dieu est mort fleurit alors une morale commune née de la Raison et imposée par la Loi.


Dans les temps où Dieu vivait encore, Gilles de Rais, Seigneur parmi les Seigneurs, a été condamné à mort, non par vengeance, non pas pour faire justice à des manants dont on se souciait peu, mais pour cause d'indicible indignité Humaine. C'est cette même indignité, qui est, aujourd'hui, reconnue aux pires criminels comme faisant partie de la nature humaine. C'est parce que le criminel est reconnu, dans toute la dimension spirituelle du terme, en tant qu'Homme que la Société ne lui inflige plus (ne serais ce que dans le principe) la sanction du rejet suprême. En brisant, sans le substituer, le miroir « Dieu », l'Homme a tué son âme.


Aucune Loi, aucune Raison, n'oblige à se jeter à l'eau pour sauver un enfant. La loi engage à appeler des secours qui arriveront trop tard, alors que l'élan du cœur nous pousse à plonger pour sauver cette vie.

Que les Lois aient offert des fauteuils aux comportements des hommes serait une bonne chose pourvu que leurs consciences ne s'y prélassent pas dedans. La Société moderne qui nous incite à parler plusieurs langues a oublié celle du coeur.


Les Humanistes Occidentaux ont essentiellement fondé leurs Sociétés matérialistes sur la Raison. En visant le bonheur des peuples ils ont tué leurs â1Ames.

C'est con....













Posté par Anarchaste à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Regrets

Nouveau commentaire