24 avril 2012

Le marketing Politique induit le flou entre réalité et fiction.

La Démocratie Française est un machin grâce auquel le Peuple a le pouvoir d’assurer, par périodes,  la reconduction ou l’alternance de ses Apparatchiks. 

L’appréciation du Citoyen est cependant faussée par le fait que si le «sortant» est jugé sur ses actes, ses opposants le sont sur des promesses. Il s’agit là d’un extrême distinguo entre réalité et fiction, hélas, désormais non perçu (1),  ce qui altère à la base la pertinence du verdict.

Il n’en reste pas moins que les Démocraties, offrant  par rapport à d’autres régimes  bien des avantages, sont souvent données comme modèle et  suscitent parfois envie et considération.

Pourtant, la formule : «Le pouvoir du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple» ne peut être sagement perçue sans un recul ironique et bienveillant, à moins que l’on ne soit dans  la disposition d’un gobe-mouche.

La Démocratie Française fixe les limites du pouvoir du Citoyen au seuil de la désignation de celui qui l’exercera à sa place pourvu qu’il  choisisse parmi ceux déjà nominés par «Les Grands Electeurs»… (Expression maladroite qui relègue le Peuple au rang de «Petits électeurs»).

De ce fait le vote «blanc» est considéré comme nul, et si le referendum n’est pas, en principe proscrit, il est considéré par les Elites avec la  suspicion de Platon ou Aristote, avec pour justification l’incompétence (réelle) du citoyen à aborder des questions techniques ou particulièrement ardues.

 La Démocratie n’échappe pas à l’empreinte des méthodes modernes en vigueur dans le négoce. Le marketing politique est désormais en place et comme pour tout autre achat il permet, d’orienter, plus ou moins, le Public vers le produit visé. On ne sait plus très bien, aujourd’hui, si le sondage est le reflet du vote ou le vote celui du sondage. Probable que, comme en commerce, c’est un subtile mélange des deux.

 

 

(1)     L’émission : «Des Paroles et des Actes » de La 2 en est un exemple frappant : Seul Sarkozy pouvait justifier le titre de cette émission : des Actes pour son action passée, des Paroles pour l’avenir. Pour tous les autres candidats qui ne s’acquittaient, et pour cause, d’aucune action le thème «des actes » relevait de l’imposture.  Or le conditionnement est tel que ni le public et pire encore, ni  les journalistes ne l’ont relevé.

Posté par Anarchaste à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Le marketing Politique induit le flou entre réalité et fiction.

Nouveau commentaire