14 mai 2012

Monsieur François Lenglet...

François Lenglet est un économiste avisé : Il sait !

 Grèce : Il sait que la moitié des contribuables Grecs (parmi les plus riches) ne paient pas leurs impôts. Il sait que la corruption est  une sorte de sport national, que les Fonctionnaires (qui recevaient des primes en récompense de leur présence) font, après le service, un travail au noir et que, incapables de gérer convenablement leurs ports, seule est rentable la partie  du Pirée dévolue aux Chinois….Il sait qu’il y a dans ce pays non seulement un  problème politique mais un grave défaut structurel de l’Etat…

 Espagne : Il sait aussi que l’Espagne a ruiné sa côte Méditerranéenne par d’immenses barres de cages à lapins, désormais plus qu’à moitié vides, construites à crédit grâce à des financements hasardeux amenés  par la manne Européenne...Il sait qu’aujourd’hui un sérieux  problème de chômage appelle  une refonte de la stratégie économique et  industrielle…

 Italie : Il connaît l’implication de la Mafia dans  l’économie  Italienne, ainsi que la production souterraine, souvent de contrefaçon, qui échappe à l’Etat…

 France : Non ! M. Lenglet n’ignore pas  l’ampleur de notre déficit commercial dont la croissance exponentielle porte depuis 2004 le cumul à plus de 300 milliards d’Euros. Il sait que la France consomme plus qu’elle ne produit et que tout entrepreneur, tant soit peu d’aplomb, ne rêve, à moins qu’il ne puisse faire autrement, de vendre en France mais de  faire à l’étranger.

 M. François Lenglet  est également parfaitement conscient, qu’à des degrés divers, tous ces Pays souffrent du poids excessif de la valeur de l’Euro par rapport à leurs économies.

Pénétré de cela et de bien plus encore pourquoi tourne-t-il le dos à l’orthodoxie Allemande, au sérieux de Mario Monti ou à la rigueur Espagnole ?

 Parce que M. Lenglet procède de cette intelligence qui consiste à utiliser les faits plutôt qu’à les combattre. Philosophe à ses moments perdus, il fait sienne la pensée de Kant «Avec le bois tordu de l’humanité il est impossible de faire quelque chose de droit»  Dès lors pourquoi vouloir, au risque de les casser, redresser des pays déformés par des siècles d’intempéries ?  Pourquoi créer des problèmes sociaux, des orages politiques, susciter des haines anti-gouvernances ?  Puisqu’en Europe certains Pays ont les moyens, n’est-il pas plus simple de les mettre à contribution ? N’est-il pas plus facile d’appauvrir les Pays riches que d’enrichir les pauvres ? Et, vu que les Allemands veulent nous vendre leurs «Gute Auto» autant qu’ils nous donnent aussi l’argent pour les acquérir…

Toute la dialectique de François Lenglet tient dans ce raisonnement…

Notre nouveau Président la fait sienne, en y ajoutant une arme imparable qui permet aux Etats- Unis (500 mds $  déficit annuel) de pomper les richesses du monde en fabriquant de la monnaie plutôt qu’en produisant des richesses.  Pourquoi la BCE n’en ferait-elle pas autant ?  Il ne reste qu’à la convaincre.

 

Posté par Anarchaste à 13:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Monsieur François Lenglet...

Nouveau commentaire