25 mai 2012

A la recherche du Franc perdu

L’Economie Occidentale Moderne est fondée sur le principe d’une croissance expansive et continue avec pour (méchant)  corollaire  la surexploitation des ressources naturelles et la pollution.

Sans croissance, elle est comme un cycliste qui cesse de pédaler : Il a le choix entre mettre pied à terre ou se casser la figure.

 Elie Cohen, économiste éminent, dénombre, en France, trois moteurs de la croissance :

1)      Production.

2)      Consommation.

3)      Etat.

 Le Moteur de la Production :

 En vérité le moteur industriel Français n’est plus dans la course. Il consomme trop et rend mal. Quelles qu’en soient  les raisons,  les faits sont là : La France accuse le 2eme plus fort déficit commercial d’Europe et le 4eme au Monde !

En comptant le  coût des agios et ceux du chômage le montant annuel de cette déficience dépasse 100 milliards d’Euros. Un exemple ? Depuis la récente nomination de Mme Bricq rien que le  déficit énergétique a atteint le record de 5,8 mds d’Euros pour un seul mois et sur les 12 derniers mois la facture culmine à 63 milliards d’Euros (1)

Soyons sérieux : Un tel constat, (même dénié par  la Gauche)  plus la hausse du smic (laquelle implique celle d’autres salaires) et malgré les actions des Syndicats et du Gouvernement, ne  redonneront pas d’élan compétitif au moteur
productif de la France, laquelle, d’ailleurs, n’y croit plus depuis longtemps puisqu’elle impose davantage son travail ( 33%) que la consommation (21%)…..Dans ce Pays, accroître le coût du travail  ne choque personne mais  la seule idée d’augmenter, tant soit peu la TVA, donne des boutons. La cause est donc entendue.

 Moteur de la Consommation :

 C’est le moteur chéri de l’ensemble des  Français et,  plus encore, de   ceux de Gauche. Il est puissant et agréable,  mais dévoreur d’énergies, de ressources naturelles et grand pollueur. Il est également gourmand en pouvoir d’achat. Les bons résultats industriels de l’Allemagne viennent de permettre d’augmenter le leur de plus de 4%.   Mais en France on ne peut compter que sur l’Etat pour l’abonder. En matière d’impôts la France est déjà le 4eme Pays le plus taxé d’Europe avec 7 points de plus que la moyenne. Etant donné que faire payer les riches tient davantage du gadget électoral que de l’efficacité fiscale, sonner encore plus les classes moyennes aura  l’effet contraire de celui escompté.

 Moteur de l’Etat :

 Il semble donc, que si le gouvernement  Socialiste veut relancer la croissance,  seule  l’augmentation du pouvoir d’achat soit une solution plausible et rapide.

Une nouvelle charge d’impôt produisant l’effet contraire il ne reste à l’Etat que le recours à la dette. Tout le problème est là….sauf que, pour le moment,  le marché donne la France comme valeur sûre par rapport à la Grèce ou l’Espagne et nous disposons de taux record. C’est une chance pour le nouveau gouvernement. Dans d’autres temps, celui où la France disposait de sa propre monnaie, on aurait fait une unième dévaluation et le tour était joué. Ce n’est plus le cas et  c’est toute l’Europe que François Hollande cherche à entraîner dans cette voie afin que, de ce fait, l’accroissement du déficit Français passe du cas  isolé à un mouvement d’ampleur Européenne compris comme une stratégie d’avenir.

Alors, l’Europe, dans une plaisante normalité ferait  pot commun. Les uns travailleraient, les autres flâneraient, les uns produiraient, les autres consommeraient, les uns au froid, les autres au soleil. Des inégalités, faisons la cohérence d’un orchestre harmonieux….. Sans chef ?

 

 

1)         Données du ministère.

 

 

 

 

 

Posté par Anarchaste à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur A la recherche du Franc perdu

Nouveau commentaire