11 mai 2012

Sur les traces des Amerloks...

A noter : François Hollande hérite d’un déficit commercial que la gauche n’a pas créé. C’est dans la période où la Droite était au  pouvoir que la dégringolade  a été la plus spectaculaire. Depuis Raffarin, en 2004, on est passé de moins 5 milliards d’euros à moins 70 milliards !  Soit plus de 330 milliards de déficits cumulés. Le pire est-il à venir ?

 Peut-on vivre au-dessus de ses moyens ? Consommer plus que l’on ne produit ? Certains Pays  démontrent que c’est tout à fait possible grâce à la magie du «Déficit Commercial». --Après les théories de Keynes, c’est depuis Bretton Woods que  les Etats-Unis ont trouvé la combine en inondant le monde de Dollars (Monnaie de référence, en partie fictive car sans contrepartie). Avec leurs 500 milliards de dollars  annuels de balance commerciale déficitaire, les Etats-Unis sont passés maîtres de ce système épatant. Le principe est simple : en contrepartie d’une monnaie émise par la FED, ils captent  les richesses très concrètes produites par des populations qui gagnent dix fois moins qu’eux. Quand un Chinois gagne deux dollars  il en économise un, alors que  l’Américain  en gagne 20 et en dépense 28.

 Dans son principe ce système est sans faille car eussent-ils un milliard de milliards de dettes ils leur suffiraient, puisqu’elles sont en dollars, de faire marcher la planche à billets. Nonobstant la bulle énorme, ainsi crée entre économie réelle et virtuelle,  plongerait le Monde dans une crise sans précédent. Si, grâce à Keynes, le confort des hommes s’est considérablement accru  il n’en reste pas moins qu’il a bâti la Finance Mondiale  sur un volcan, avec en prime le pillage des ressources de la planète.

 Cocorico ! La France est deuxième des Pays qui ont le plus grand déficit commercial d’Europe et se hisse même au quatrième rang Mondial. Hélas ! La France n’ayant plus sa propre monnaie, elle  se trouve incapable de faire marcher la planche à billets afin  de rembourser sa dette en monnaie de singe.  Désormais, seule la BCE peut le faire. Depuis Mario Draghi, elle a déjà émis des liquidités pour plus de mille milliards d’Euros. Mais, malgré cela et l’appui du FMI,  le désarroi de Pays tels que la Grèce, l’Espagne, le Portugal, reste patent et fait peine à voir.

Avec l’avènement de François Hollande, la France demande, sous prétexte de relance, que la BCE en fasse beaucoup plus…elle reçoit l’appui de la Grèce, de l’Irlande et sans doute bientôt d’autres Pays…

En Entreprise cela s’appelle cavalerie et neuf fois sur dix c’est  la faillite assurée.

 Pour autant qu’il existe  une vertu en économie,  les Pays riches qui consomment plus qu’ils ne dépensent  ont un comportement de voyous.  Pourtant ce sont eux qui font la morale aux autres, notamment à l’Allemagne, laquelle a fait des efforts considérables pour arriver  à une  gestion  saine et  compétitive---  Il paraît que l’on compte sur le SPD pour y remédier…

 

 

 

Posté par Anarchaste à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Sur les traces des Amerloks...

Nouveau commentaire